mercredi 13 janvier 2010

Salle 2.

-What in heaven's name brought you to Casablanca?
-My health. I came to Casablanca for the waters. Captain
-The waters? What waters? We're in the desert.
-I was misinformed.

Rien. Tout juste un kilo de cendres sur le tabouret du projectionniste. Sans doute une combustion spontanée ou une merde dans le genre. Il me reste vingt minutes pour nettoyer ce bazar.Dans la corbeille, le polyester léopard crépite avec les derniers mètres de pellicule de Casablanca. Le triacétate brûle mal. J'ai enfilé la chemise trop grande qui gisait là. La lampe Xénon 900 w ronronne. Trois mètres plus bas, les folles s'agitent, gloussent. 18h15, l'heure des travelos. Pas de Bogart ce soir. Machinale, je tire une bobine, je connais les gestes. Ils appartiennent à un passé flou.
Plus bas,une tribu de drags s'émeuvent devant la finesse bollywoodienne de Mother India

2 commentaires:

Leroy K. May a dit…

... and i'll have a Royale with Cheese please ('cause of the metric system), with a glass of beer.

You mind if I have some of your tasty beverage to wash this down?

Leroy K. May a dit…

je dois arrêter de lire des blogs, cela nuit à ma condition.